Articles

La technologie.

Image
Les machines font partie de notre environnement. Elles nous suppléent dans bien des tâches et démultiplient l’efficacité de nos actions. Nos vies gagnent en performance et cette situation inédite conduit tout naturellement nos contemporains à estimer que nous sommes différents des générations qui nous ont précédées. Or, est-ce bien le cas ? Les machines nous ont-elles changés ?
Les scientifiques entrevoient un avenir avec des robots intelligents et autonomes. Cette hypothèse est vraisemblable et elle entraînera des changements radicaux dans la société, changements parfois inquiétants, qui ont déjà largement été évoqués dans certains films et livres de science-fiction. Pourtant, ne devrions-nous pas aussi nous poser la question suivante : Les machines ne sont-elles pas en train de nous changer ?
Autrement dit, les zones du cerveau humain dites cognitives, ne sont-elles pas en train de se développer au détriment des zones de l’affect ?
Si c’est le cas, et seuls les spécialistes des …

Episode guerrier...

Image
Le siège d’une citadelle ou d’un château fort font partie de la mythologie du Moyen Âge comme l’attaque du convoi d’émigrants par les Indiens dans les westerns !
Or, qu’en était-il en réalité ?
On peut remarquer que la plupart des châteaux et même des enceintes fortifiées ont traversé les siècles et que nous pouvons aujourd’hui les visiter tranquillement en famille, quasi intacts. Ce qui prouve que les conflits chroniques de l’époque se réglaient surtout sur les champs de bataille…
En effet, faire tomber un site fortifié prenait des mois et l’issue en était incertaine si les assiégés avaient des provisions en quantité suffisante.
Dans le film de Luc Besson, Jeanne d’Arc, on voit les vaillants défenseurs d’un château fort précipiter du haut des murailles des marmites fumantes d’huile bouillante sur leurs malheureux ennemis. Là encore, on est dans l’image d’Epinal, car ce procédé aussi dangereux pour les utilisateurs que pour les assaillants a été rarement utilisé.
Alors, et le rêve …

Homéopathie… physique quantique… et alchimie !

Image
Pour les détracteurs de l’homéopathie, l’argument principal consiste à dire : les dilutions sont tellement importantes qu’il ne peut rester la moindre trace de substance active dans les granules. Effectivement, certaines dilutions dépassent en subdivisions le nombre d’Avogadro, autrement dit correspondent à un fractionnement de la matière qui renvoie à l'échelle de l’atome.
Mais si l’on s’intéresse à la physique quantique, qui fait référence aujourd’hui, on s'aperçoit rapidement que cet argument tombe à plat. En effet, le raisonnement des subdivisions successives repose sur un concept mathématique, et les mathématiques, si elles ont permis de nombreuses découvertes, ne sont pas toujours l’expression de la réalité. Loin s’en faut. Le comportement de la matière en général et notamment des particules réserve bien des surprises qui échappent à la logique. Dans la célèbre expérience de Feynman décrite par Stephen Hawking, on projette un faisceau de particules sur une plaque percé…

Mécanique quantique

Image
Nous voulons d’abord exprimer toute notre gratitude à Hubert Reeves (que nous avons eu le bonheur de rencontrer à Paris), et au regretté Stephen Hawking de nous avoir permis grâce à leurs travaux de vulgarisation de comprendre (un peu) l’astrophysique et la mécanique quantique, disciplines intimement liées malgré leurs caractères extrêmes.
Les principes d’Einstein sur l’espace-temps furent infiniment perturbants en leur temps, alors que dire de la mécanique quantique !
Les physiciens actuels ont prouvé qu’il existe vraisemblablement six dimensions en dehors des trois dans lesquelles nous évoluons. Ces dimensions (malheureusement pour les auteurs de science-fiction !) ne concernent que les particules, si infimes qu’elles n’ont parfois plus de masse et se réduisent à de simples unités d’énergie !
Des scientifiques qui s'intéressent au fonctionnement du cerveau humain n’hésitent plus à rapprocher ce comportement des particules (constitutives des neurones) des impressions de déjà-vu…

Cathédrales gothiques

Image
Aujourd’hui, à l’heure d’internet, des immeubles de neuf cents mètres et des modules martiens, on est encore saisi, troublé, voire intimidé lorsque l’on entre dans le chœur d’une grande cathédrale gothique, comme la Sainte Chapelle de Paris. Alors, on ne peut s’empêcher de se demander ce que devaient ressentir les hommes du Moyen Âge ?! Sans doute, dans cette immensité judicieusement conçue pour propager la foi, se voyaient-ils parvenus dans l’antichambre du ciel ?
Ces impressions qui ont traversé le temps tiennent pour beaucoup aux peintures des vitraux fabriquées à l’époque grâce à des pigments de minéraux broyés, comme on peut le voir sur la photo que j’ai prise au musée du jardin des plantes. Ainsi le jaune était-il obtenu du trisulfure d’arsenic, le bleu du cobalt, le rouge du cinabre, et l’orange du tétra oxyde de plomb. Ces pigments, parfois toxiques, les maîtres-verriers les cuisaient dans des creusets et on imagine qu’ils ne devaient pas toujours respirer la santé !
Certa…

Petite visite au Musée de Minéralogie du Jardin des Plantes (Paris).

Image
Les minéraux sont nés avec la terre il y a de cela des milliards d’années, et c’est pour cette raison qu’ils ont très tôt intéressé les alchimistes comme témoins du chaos primordial et matière première du Grand œuvre, opération longue et fastidieuse qui représente, en temps réduit, l’évolution encore en cours de l’Univers, de la simplicité vers la complexité. L’univers est en effet essentiellement composé de molécules élémentaires et … de vide, tandis qu’un être humain, est pour sa part, en bout de chaîne, constitué de 1000 milliards de particules pour une cellule, multipliés par 100.000 milliards de cellules, autrement dit de 100.000.000 de milliards d’éléments !
Pour arriver à leurs fins, faire évoluer une matière de la simplicité vers la complexité, quel minéral les alchimistes ont-ils bien pu utiliser ? La galène, le cinabre, ou même l’or ont souvent été cités dans les traités. Cependant, il semblerait bien qu’aucun de ces trois candidats ne soit le véritable élu. Alors, si vou…

Dystopie

Image
Anne de Bretagne, sur le tombeau de François II, Cathédrale de Nantes. 18 février 2018.


Le feu secret
est une dystopie, c’est-à-dire un roman qui décrit une société future dictatoriale.

Alors, pourquoi le Moyen Âge?
Tout simplement parce que l’histoire se déroule sur deux périodes : passée et à venir.

Pourquoi ce procédé ?

Le but de cette bi-chronologie est de montrer (du moins de tenter de montrer !) que la nature humaine reste la même, et que les solutions aux problèmes du monde résident entièrement dans la psyché en dehors de toute évolution technologique.

On reproche beaucoup aux auteurs de dystopies (souvent anglo-saxons) d’avoir une vision fataliste de l’histoire, d’être résignés, et ces reproches sont, à notre avis, justifiés.
C’est pour cette raison que Le feu secret sera (il est déjà écrit en bonne partie) une approche positive de notre devenir, et ceci avec l’éclairage et les leçons, que l’on peut, et que l’on doit, tirer du passé.
Selon nous, les hommes ne sont pas enc…